Environ un billion d’euros, tel est le chiffre d’affaires astronomique qui sera atteint en 2014 pour l’e-commerce B2C au niveau mondial, selon eMarketer. Cette croissance spectaculaire est presque entièrement due au développement rapide des marchés émergents, selon le site web spécialisé.

L’année 2014 sera une année cruciale pour l’e-commerce mondial. Pour la première fois, les consommateurs asiatiques effectueront plus d’achats en ligne que les Nord-Américains. L’Asie semble même prête à détrôner les États-Unis au niveau de l’e-commerce. eMarketer prévoit que l’e-commerce B2C en Asie va générer un chiffre d’affaires de 385,10 milliards d’euros versus 353,86 milliards aux États-Unis. L’Europe occidentale arrive en troisième position. Le chiffre d’affaires issu des ventes en ligne dans le secteur B2C devrait y atteindre 274,60 milliards d’euros.

La Chine progresse
La Chine représente plus de 60 % de l’ensemble de l’e-commerce asiatique. L’on s’attend à ce que ce chiffre grimpe jusqu’à 75 % d’ici 2017. Ces chiffres font de la Chine le deuxième pays le plus important en termes d’e-commerce, après les États-Unis. Mais ce n’est pas tout… Les prévisions indiquent que la Chine dépassera les États-Unis dans le courant des trois prochaines années. Ajoutez à cela, la croissance irréfrénable de l’Inde et de l’Indonésie et il est plus qu’évident que l’e-commerce est en plein boom en Asie.

Les autres marchés de croissance
Il n’y a pas qu’en Asie que l’on enregistre de bonnes performances. D’autres marchés de croissance sont en train d’atteindre de nouveaux records au niveau de l’e-commerce mondial. Les principaux acteurs sont l’Argentinele Mexiquele Brésille Canadala Russie et l’Italie.

Les facteurs de réussite
Mais quels sont les principaux moteurs de ces marchés émergents ? Il s’agit presque toujours de pays où un grand nombre de la population commencent à accéder à Internet, ce qui permet ensuite aux internautes de passer leur première commande en ligne. Ceci explique aussi pourquoi l’Europe occidentale et les États-Unis ont atteint plus rapidement des chiffres de croissance matures. Internet est largement répandu au sein de ces marchés depuis plusieurs années, d’où le fait que le potentiel de croissance de l’e-commerce a déjà atteint son apogée.

Seulement la partie émergée de l’iceberg
La hausse que l’on enregistre actuellement en Asie ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon eMarketer, les marchés asiatiques représenteront plus de 46 % des achats passés en ligne en 2014. Et ces 46 % ne concernent à leur tour que 16,9 % de la population ! On peut donc en déduire qu’il y a toujours un énorme potentiel de croissance étant donné qu’Internet va de plus en plus se répandre en Asie dans les années à venir.

L’Europe occidentale demeure un acteur clé
Bien qu’il s’agisse d’un marché mature, l’Europe occidentale offre encore de très belles perspectives. Particulièrement en raison de nouvelles innovations et tendances, comme l’utilisation accrue des smartphones et des tablettes pour effectuer des achats en ligne. Au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en France, le m-commerce représente plus de 10 % de l’ensemble de l’e-commerce.

La tendance multicanaux devient la norme
L’évolution vers un commerce au détail multicanaux en Europe occidentale est également un développement notable. Les détaillants sont conscients du fait que, pour le consommateur moderne, la ligne de démarcation est devenue floue entre l’online et l’offline. Cette observation commence à porter ses fruits. Il apparaît en outre de plus en plus clairement que les consommateurs des petits pays d’Europe occidentale sont plus susceptibles de commander dans des pays étrangers. Ceci s’explique principalement par des prix moindres et un plus grand choix au niveau de l’offre.

Le cas particulier de l’Italie
Le marché de l’e-commerce en Europe du Sud n’est pas aussi mature que le marché d’Europe occidentale, ce qui offre de nombreuses opportunités en Espagne, au Portugal, en Grèce et en Italie particulièrement. Comme l’indique eMarketer, l’Italie fait figure d’intrus au sein de l’Europe. La dominance de la mode y est frappante. L’habillement est la plus grande catégorie de produits pour l’e-commerce en Italie, suivi des livres, des tickets et des télécommunications. À la fin 2012, l’e-commerce en Italie représentait 1,3 % du produit intérieur brut de 1 600 milliards d’euros. Les possibilités de croissance sont innombrables, car parmi les 61,7 millions d’Italiens, seulement 63 % surfent sur Internet. En d’autres termes, un énorme potentiel se cache dans la botte de l’Europe.

Prêt pour la livraison internationale ?
L’e-commerce progresse incontestablement. Il est donc crucial que les entreprises prennent des dispositions en matière de livraison internationale si elles souhaitent profiter des nombreuses opportunités offertes. Nous aborderons plus en détail ce sujet lors d’un prochain article. Pour l’instant, tout ce que vous devez retenir c’est qu’il vaut la peine de regarder au-delà des frontières, parce que l’herbe pourrait effectivement être plus verte ailleurs. Notre équipe se tient prête à vous aider à concrétiser vos ambitions internationales !

 

Découvrez ce que nous pouvons faire pour vous

Inscrivez-vous à notre newsletter

Contact Us
X